Un gala pour l’histoire !

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

1500 personnes réunies dans le complexe sportif Alexis Vastine rebaptisé quelques heures plutôt du nom de celui qui à tant marqué l’art pugilistique normand.

Il fait bien chaud en ce soir de fin de saison… de fin de cycle pourrait on dire…

Car l’impression générale est qu’une page (et quelle page !) est tournée depuis ce triste jour de début mars.

Il fallait une soirée à la hauteur de ce que fût Alexis en tant que boxeur, en tant qu’homme…

Disons le tout de suite… ça n’a pas été le cas !

Mais bon, l’essentiel à été fait, Maxime Beaussire à conquis le titre de champion de France des mi-moyens et les normands dans l’ensemble n’ont pas démérité, même si le succès ne fût pas toujours au rendez vous !

Le combat amateur de la soirée est à mettre au crédit d’Adriani Vastine et Thomas Lacroix.

Le premier n’avait pas boxé de la saison pour les raisons que l’on sait mais il lui tenait à coeur d’être présent sur le ring pour son cadet et sa petite soeur.

Son adversaire lui, à concrétisé une saison pleine avec ce dernier combat !

Thomas avait fort à faire contre un garçon du niveau d’Adriani et bien d’autres avant lui se sont cassé les dents dans le fief des Vastine…

Mais voilà, du haut de ses 20 ans, le condéen ne craint personne, il est sûr de ses capacités, connaisseur de ses faiblesses et reste calme en toute circonstances… calme mais déterminé !

Déterminé à ne pas être un simple faire valoir, à se laisser marcher dessus par le champion.

Et le pari est réussi, le natif de condé sur noireau offre à Adriani la meilleure opposition qu’il ai eu depuis longtemps sur ses terres !

Et même si la classe, la vista et la vitesse du champion finissent par faire la différence, Thomas aura suivi le rythme jusque dans le milieu de la troisième reprise avant d’accuser le coup physiquement.

11392797_10204847139282812_6403792144323227542_n 10926798_10204847140882852_5590825228520829927_o

 

 

 

 

Ce combat à apporté à Thomas une belle expérience du très haut niveau et aura certainement intéressé vivement le DTN Kevinn Rabaud, présent au premier rang.

Dans les rangs professionnels, l’opposition entre Jonathan Outin et Toni Picard fût le combat phare de cette soirée un peu terne.

Le normand (5v 2d 1n) boxa les 4 reprises en reculant mais en faisant montre d’une précision chirurgicale dans les contres qu’il délivre avec générosité. L‘ activité est souvent de son côté et Picard (4v 1d) peine à trouver des solutions, handicapé qu’il est par les directs du gauche de Jonathan qui le bloquent à distance et par les uppercuts qu’il prend de plein fouet dès qu’il arrive à passer devant cette fameuse gauche.

La dernière reprise est à mettre au crédit du nazairien qui avance sans cesse face à un Outin fatigué mais qui tourne et reste à distance.

11313115_10204847086481492_7904713408097596627_o

 

 

Victoire Jonathan Outin 39/37 38/38 et 40/36

 

 

Championnat de France mi-moyens : Maxime Beaussire Vs. Steven Bloyer

Le premier des deux Championnats de France oppose l’invaincu Maxime Beaussire (18v 1n) au Campbonais Steven Bloyer (16v 14d 2n).

Sur le papier, il n’y a pas photo… sur le papier seulement car le cadet de la fratrie Bloyer n’a pas le palmarès qu’il mérite et possède, en outre, une boxe qui gène considérablement le normand !

De plus leur dernier affrontement à Saint-Vaast la Hougue, si il avait tourné aisément en faveur du saint Lois, ne lui avait pas permis de briller tant Bloyer est imprévisible et difficile à décrypter.

Les deux démarrent donc prudemment ce combat, se livrant peu et dédiant les 2 premières reprise à l’étude…

Max tente ensuite de construire en avançant mais s’expose aux contres du breton. Il est plutôt actif dans cette première partie mais ne semble pas en mesure de varier la vitesse, d’appuyer sur l’accélérateur… il est souvent contré en uppercut par Steven qui à adopté une boxe plus réfléchie qu’a leur première rencontre.

Dans la quatrième reprise, le campbonais heurte involontairement de la tête l’arcade gauche de Beaussire et provoque une jolie coupure, heureusement jugulée par le coin normand dès la minute de repos.

Dans les cinquième et sixième reprises , le combat ronronne et même si Maxime est plus précis et touche plus souvent, il semble en mode gestion.

Dans la septième et la huitième, le Conquérant travaille en directs des deux mains devant un Bloyer qui tente des accélérations par à-coups.

Mais il fatigue et dans les deux dernières reprise est obligé de s’accrocher et de pousser face au futur champion de France, qui tente, lui, de finir avec panache un combat ou il lui aura manqué son arme fatale, cette capacité à changer de rythme pour déboussoler ses adversaires.

885768_10204847178923803_7902038865146712656_o

 

Vainqueur Maxime Beaussire 98/92 95/95 et 98/92

 

 

Championnat de France poids lourds : Cyril Leonet Vs. Fabrice Aurieng.

Après un premier round d’observation, le challenger tente de s’approcher mais se jette trop et se fait contrer dans le deuxième.

Les mains basse, Aurieng tente de faire déclencher le champion pour le contrer et cette tactique s’avère payante dans la deuxième puis la troisième reprise.

Dans la quatrième Aurieng semble souffrir du bras gauche qu’il n’arrive plus à mettre en oeuvre.

Les trois dernière reprise verront Leonet tenter, tant bien que mal, de mettre la pression au marseillais qui ne boxe plus que d’une main, sans jamais parvenir à le mettre réellement en danger.

Toutefois, la douleur de plus en plus vive et la certitude de la défaite pousseront Aurieng à l’abandon à l’appel de la huitième reprise.

11377076_10204847201444366_5046517735547800286_n

Vainqueur Cyril Leonet par abandon.

Le combat féminin de la soirée opposait Cindy Vastine à Amina Zidani.

L’expérience est sans conteste du côté de l’aînée des Vastine mais celle ci, blessée au corps en début de saison et au cœur depuis ce début d’année n’a non seulement pas livré un seul combat de la saison mais n’ a réellement démarré l’entrainement que ses dernières semaines.

A l’instar d’Adriani, elle ne concevait pas de ne pas, elle aussi, rendre hommage à ses cadets en montant sur le ring.

Première reprise, la pensionnaire de la Don’t Panik Team cherche à faire déclencher son aînée, qui à elle plus l’habitude de ses grands rendez vous et une salle toute acquise à sa cause.

Ensuite c’est Amina qui prend le combat en main, accélérant sans cesse, elle est de plus en plus à l’aise, de plus en plus précise, de plus en plus rapide.

Elle touche des deux mains, varie bien les combinaisons et les zones de frappes.

Cindy elle, touche plus rarement, sur un ou deux coups et n’insiste pas assez sur les séries.

Dans la dernière, elle fait preuve de générosité mais elle est fatiguée et est comptée suite à un contre du gauche de Zidani.

Ce combat ressemble fort à une passation de témoin entre la pionnière de la boxe normande et son étoile montante !

1517923_10204847124442441_9170605755357380489_n

 

Cette jeune fille est aussi bien dans sa tête que dans sa boxe et retenez bien son nom, car vous le lirez souvent :

Vainqueur Amina Zidani.

 

En amateur encore, l’un des meilleurs amis d’Alexis et co-équipier en équipe de France, Abdelkhader Bouhenia, affrontait Godefroy Beaussire en mi-lourd.

Sacré challenge pour notre champion de Normandie, car le parisien possède une carte de visite absolument incroyable et sans commune mesure avec l’expérience pourtant déjà conséquente de Godefroy.

Et pourtant, le normand à tenu la dragée haute au champion et à assurément marqué des points dans l’objectif d’un postulat en équipe nationale !

Très a l’aise devant un Bouhenia gêné par son bras avant, le normand à tenté des combinaisons osées, à montrer une belle densité physique et comme d’habitude, une boxe pleine d’intelligence et d’opportunisme.

11113799_10204847071321113_4335174507187472419_o 11393677_10204847078481292_7663010445241083803_o

 

 

 

 

 

Verdict : match nul.

La hiérarchie à été respectée en finale du tournoi de France zone nord poids moyens puisque Andrew Francillette (7v/1n) bat aux points Romain Tilliot (5v 2d) dans un combat ou le parisien à démontré sa supériorité technique face à un dieppois courageux, mais manquant de vitesse.

11393163_10204847209484567_231167122103558163_n

 

Andrew Francillette vainqueur, 58/56 pour les trois juges.

 

 

11148407_10204847093681672_2467869677113263520_o

 

Enfin, la finale du Tournoi de France zone nord en super mi-moyen à vu l’invaincu David Papot (10v) battre largement aux points l’infortuné Bruno Flavien Bogongo

59/55 60/54 et 58/56

 

Christophe Guillochon
Photos : Maurice Guerard

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]