GALA du BC Saint Lois samedi 7 mai

Salle comble ce samedi soir au gymnase d’Agneaux pour ce gala 2022 du BC Saint Lois.

Sa présidente Nadège nous avait concocté un plateau avec pas moins de 12 combats amateurs et 2 combats professionnels.

Les résultats de cette soirée :

Vq Tom THEOT BC Saint Lois vs Aunay GAUCHER BC Koaching Villedieu
Vq Anna BOULET BC Rennes vs Lisa MARTIN BC Saint Lois
Vq Youssouf COULIBALI BC Saint Lois vs Nathanaël COSSEDU BC Vire
Vq Madisson LEMOINE vs Maïli HAUSMANN BC Saint Lois
Vq Matin RASULI BC Saint Lois vs Hugo BORONNIAF BC Rennes
Vq Paul BASLE BC Saint Lois vs Axel MARIE BC Vire
Vq Yvan KOSTYUKOV BC Saint Lois vs Thomas FOUQUET BC Barentin
Vq Caroline MILET BC Rennes vs Adèle MARIE BC Saint Lois
Vq Antoine GIRARD BC Saint Lois vs Killian FOUCHER BC Barentin
Match nul Jordan DZABA BC Vire vs Yassin NIJA BC Rennes
Combat professionnel en 4×3 Vq par abandon à l’appel de la 4ème reprise
Thomas LACROIX BC Condé/Noireau vs Christophe M’BORI BC Evreux
Vq Benjamin DESMAREST BC Barentin vs Vincent GOUYE BC Saint Lois
Vq Anthony CORNIERE BC Saint Lois vs Dorian GALAIS BC Rennes
Combat professionnel en 6×3 Vq à l’unanimité des 3 juges 58/54
Keanu KLOSE BC Koaching Villedieu vs Attemane ZANOUNE BC Barentin

les officiels toujours en action

et le plaisir de retrouver deux invités de marque d’une part Raymond VITARD ancien président du club de Granville et d’autre part Kévin LEVAVASSEUR

REUSSITE TOTALE POUR L’AS CHERBOURG BOXE !

La 102ème organisation du président de l’A.S Cherbourg ne s’annonçait pourtant pas sous les meilleurs hospices. En effet, organiser en période de ramadan, c’est souvent se priver d’une partie de l’effectif et par conséquent, d’une partie du public.

Cependant, le choix d’une salle plus petite ayant été fait, les choses se mirent en place assez facilement pour l’équipe locale.

Un public au rendez-vous de ce premier gala organisé depuis trois ans dans la cité manchoise et pressé de découvrir Hugo MOREL dans son premier combat dans les rangs professionnels.

Au terme des six combats amateurs concoctés par Jean-Yves LE MARCHAND, Raphaël LEMAITRE s’impose aux points face au Niotais Tom JUDE, Vahé GRIGORIAN avant la limite contre Malanda RAVEL,  Niortais lui aussi. Celia ANGE, malgré tout son courage ne parvient pas à défaire la troisième élève de Michel ACHEGANE, Léa DONAIN.

D’autres échanges ont eu lieu entre le Bordelais, Maoni BAGARI et le Saint Avéen Jozué GAUCHER pour une victoire de ce dernier. Puis pour le second duel des deux villes entre Sofiane GUITON et Ruslan ALOI pour une victoire, cette fois en faveur du Bordelais GUITON.

Enfin, clôturant la période amateur, le breton Daniel ALOI faisait face au Lexovien Louis AMELINE. Duel épique remporté par le Normand au terme d’un magnifique combat, engagé et généreux comme sait nous les offrir l’élève de Jean-Paul VAUVRECY et John AMELINE.

Les premiers pas d’Hugo MOREL chez les rémunérés se firent dans une ambiance de folie dans un combat qui, là aussi, fût un modèle du genre ! Opposé à l’Angevin  Mathéo ROUSSEAU, le Cherbourgeois livra un duel de haute volée face à un ROUSSEAU confiant car victorieux à l’extérieur lors de sa première sortie. La boxe offensive, technique et tout en mouvement d’Hugo remporta les suffrages dans le jugement de l’arbitre Christophe BEAURAIN qui attribua la victoire 40 à 37 au Normand !

Jean-Yves LE MARCHAND et ses équipes se sont déclarés très satisfaits et heureux pour ce retour à l’organisation et ont par la même démontré que moins de combats mais des combats de qualité valent plus que beaucoup d’affrontements médiocres.

L’heureux président, qui fêtait son 73ème anniversaire la veille, pense déjà à sa 103ème organisation… l’air de Cherbourg, s’il fût à très haute température samedi donne bel et bien une énergie incroyable !!!

Christophe GUILLOCHON

Kaelya MOPIN, un rêve en or !

En quatre combats, la jeune honfleuraise de 17 ans a mis l’Europe de la boxe à ses pieds !

Ses pieds à elle, elle les garde bien sur terre et si elle se déclare heureuse et satisfaite de ce premier grand titre international, elle ne compte pas s’arrêter en si bon chemin ; elle a décidé d’aller tout dévorer et ne rien laisser aux autres !

Rencontre avec une jeune fille souriante mais déterminée, stressée mais sûre d’elle, humble mais ambitieuse bref… une championne comme on les aime à Normand dis !

Bonjour Kaelya, comment vas-tu ?

Je vais super bien, tu t’en doutes (rires), j’ai un peu de mal à réaliser que je suis championne d’Europe mais je suis super heureuse et satisfaite du résultat par rapport à tout le travail  accompli !

Raconte-moi un peu tes premières impressions lors de ton arrivée en Bulgarie …

J’étais vraiment tranquille, pas stressée, heureuse d’être là même si j’avais un peu de mal à y croire.

Comment s’est déroulé ton premier combat ?

Le stress a commencé à arriver lors de l’échauffement, pas de panique mais plutôt la peur de mal faire, de louper mon combat.

Cette impression ne fait que grandir jusqu’à ce que j’arrive sur le ring et là… fini !

J’ai juste envie que ça sonne et qu’on commence enfin ! (rires)

Au deux, la Bulgare que je savais vice-championne d’Europe, cherche à boxer en avançant, je la contre puis je prends l’initiative et la fais reculer, ça passe sans trop de soucis malgré le fait qu’elle soit à domicile. (Nikolinka Boyadzhieva Bulgarie 5.0).

Ensuite la Turque

Oui pas trop de soucis non plus car c’est une boxeuse qui rentre dedans mais pas technique, j’ai réussi à esquiver puis remiser par les côtés, je ne me suis pas sentie en difficulté dans ces quarts de finales !  (Pinar Oskan Turquie 5.0).

Pareil pour l’Espagnole en demi ?

Houlà non ! (rires) sur ce combat je commence mal, je n’ai pas vraiment de tactique et sa boxe me dérange… je perds le premier round !

Heureusement mon entraineur définit la bonne tactique et mon père, présent dans la salle, m’encourage et mon conseille également !

Je reviens dans la seconde et confirme dans la dernière, prête pour la finale !

(Maria Luna Aragon Mairena, Espagne 3.2)

Parlons-en de ton papa, il t’a fait une sacrée surprise en te rejoignant en Bulgarie…explique nous comment ça s’est passé ?

Un truc de fou !!! (rires)  je suis dans la salle en train de m’échauffer avec la musique du portable dans les oreilles et là, ça sonne !

Je décroche et mon père me dit :

« Regarde à ta gauche ! »

Je vois un petit bonhomme au loin, c’est lui !

Il a fait toute la route en voiture pour venir me rejoindre à vingt minutes de la demi-finale, j’en pleure tellement c’est énorme, c’était une émotion incroyable et difficile à décrire  !!!

Du coup ça t’a donné de la force pour la finale également ?

Evidemment, mon père c’est mon phare, c’est ma force, il a toujours cru en moi et même si ça n’a pas toujours été simple entre nous, il a toujours été derrière moi !

Je monte sur le ring très déterminée, avec une adrénaline positive même si je n’ai quasiment pas dormi de la nuit !

Dans le combat, j’écoute mon entraineur et les conseils de mon père…je sais que le combat se déroule  bien pour moi, j’arrive à avancer ou à la contrer, tout passe ou presque !

Mais lorsque le résultat est annoncé…quelle émotion !!!, je n’ai pas les mots, c’est juste incroyable !!!

A quoi penses-tu pendant la Marseillaise ?

A tout le chemin parcouru avec mon père et Alain Vastine !

Ca n’a pas toujours été évident ;

Il y a deux ans, j’ai pris pas mal de poids et je n’avais plus l’envie…les disputes étaient fréquentes à cette époque avec mon père et j’ai fini par laisser tomber la boxe.

Mais ça me manquait trop, on a décidé d’un commun accord d’aller chercher les conseils d’Alain à Pont-Audemer car il y avait énormément d’affectif entre mon père et moi et s’il continue de m’entraîner, Alain m’amène la discipline dont j’ai besoin !

J’ai perdu beaucoup de poids et les sensations sont très vites revenues, meilleures même !

Alain a la réputation d’être dur….

Je confirme ! (rires) dur et exigeant mais c’est normal si tu veux performer à haut niveau, on a rien sans rien !

Ceci dit, une fois qu’Alain te fait confiance, qu’il sait que tu es là pour bosser, si un jour tu es en dessous, il ne t’en veut pas, il sait bien que je suis disciplinée et que j’applique ce qu’il souhaite.

Du coup, on travaille en confiance.

Parles-nous un peu de tes projets…

Dans quelques jours vont avoir lieu les Gymnasiades (sorte de JO pour les juniors), j’ai l’avantage de boxer à domicile et j’espère bien, là aussi, aller chercher l’or !

Ensuite, en novembre, auront lieu les Championnats du Monde Juniors, j’espère là aussi récolter l’or, ce sera le minimum (rires).

Propos recueillis par Christophe GUILLOCHON.

Ladies Boxing Perf à Rouen

Le Ladies boxing perf organisé par le Noble Art de Rouen samedi 23 et dimanche 24 avril a été une réussite. 

30 combats entres les boxeuses de divers horizons ont eu lieu durant ce week-end. 

Un seul regret, une non participation massive des boxeuses normandes. Les boxeuses de l’île de France ont fait le trop plein.

Merci à toutes ! 

Kaelya – l’analyse

La Française (-52 kg) a été impressionnante de maîtrise pour dominer (5-0) l’Anglaise Lauren Mackie en finale des championnats d’Europe juniors, à Sofia. Un avènement aussi mérité que prometteur.

« Kaelya a vraiment fait le combat qu’il fallait, sourit, soulagé, l’entraîneur national Mohamed Taleb. Face à la Britannique qui travaillait bien campée sur ses appuis et qui cherchait à frapper davantage en force qu’en séries, l’objectif était de l’empêcher de s’installer et de ne pas la laisser se poser. Pour cela, Kaelya a sans cesse été active en veillant à commencer les échanges, parfois en contre-attaquant, et à les terminer, toujours en ayant les main biens hautes. Elle a suivi le game plan, quitte à accrocher un peu pour récupérer. Dans la mesure où elle avait remporté les deux premiers rounds et qu’elle était quelque peu émoussée physiquement dans le troisième, elle a alors géré en occupant au maximum l’espace du ring. » Bref, la Normande a rendu une copie de grande qualité.

« ELLE A LE PROFIL POUR FAIRE DU HAUT NIVEAU »

« Tout au long de ces championnats, elle a fait preuve d’une remarquable détermination qui a payé, renchérit Mohamed Taleb. Elle a fait le taf en étant vraiment à l’écoute et en appliquant les conseils qui lui étaient donnés. C’est quelqu’un qui en découd avec sa tête et… sa puissance appréciable pour une -52 kg. Elle a affronté des adversaires aux styles différents en réussissant à chaque fois à s’adapter et à varier sa boxe. »

Néanmoins, les axes d’amélioration sont identifiés afin que la prochaine transition avec les seniors se passe sous les meilleurs auspices  : « Kaelya doit travailler la gestion de ses émotions car elle a trop tendance à faire le combat avant le combat, ce qui lui fait perdre de l’énergie, pointe Mohamed Taleb. A elle d’arriver à faire le vide. De même, est-elle encline à s’énerver quand les choses ne tournent pas comme elle le voudrait entre seize cordes. Sur le plan tactique, il faut qu’elle évite de sortir trop loin pour ne pas avoir du mal à revenir et à initier une nouvelle action. Elle est encore perfectible mais elle est dans les temps. Elle a le profil pour faire du haut niveau. Cela a été un grand plaisir de l’accompagner lors de cette compétition. » Plaisir partagé.

Gala le 23 avril à Villers sur Mer

Championnat de France professionnel féminin des poids légers : Eva DEBACKER vs Sofia NABET

Romain LEHOT vs Jonathan BOUILLOT DISTINCT

Attemane ZANOUNE vs Quentin Fontaine

6 combats amateurs.

Kaelya MOPIN sur le podium

La Normande (-52 kg) a répondu présent, en quart de finale, en battant (5-0) la Turque Pinar Ozkan. Une performance de choix dans la lignée de ce qu’elle a montré depuis le début de cet Euro.

La Française était des plus stressées dans le vestiaire, à l’heure de monter sur le ring. Si la chose n’est pas rare chez elle, elle a l’immense mérite de ne pas lui faire perdre ses moyens et de ne pas la paralyser. Tant mieux car la Turque avait du répondant en étant en mesure d’avancer et de cadrer tout en cherchant à enfermer la Française. Pour échapper à un pareil sort, cette dernière a boxé sur les jambes, en désaxant systématiquement, que ce soit dans les phases offensives ou défensives quand il s’est agi de remiser et de contrer Pinar Ozkan. Elle s’est d’emblée imposée en étant entreprenante, si bien qu’elle n’a jamais laissé sa rivale s’installer.

« KAELYA EST CAPABLE DE RIVALISER AVEC LES MEILLEURES »

Une prestation maîtrisée qui a séduit l’entraîneur national, Mohamed Taleb, lequel a apprécié la lucidité de sa protégée et d’abord, son aptitude à appliquer les consignes du coin. « La connexion fonctionne bien avec elle, se réjouit-il. Chez elle, la dimension psychologique est importante. »

Un aspect que l’entraîneur national ne négligera pas en demi-finale. Kaelya Mopin y retrouvera l’Espagnole Maria Mairena Aragon Luna qu’elle a déjà battue et qu’elle ne sous-estimera pas pour autant. Le tout sans mettre la charrue avant les bœufs. « Je ne répondrai pas à la question de savoir si Kaelya a les moyens d’aller au bout de la compétition, sourit Mohamed Taleb. On prend chaque combat l’un après l’autre. Disons qu’elle est capable de rivaliser avec les meilleures. » De bon augure.

Alexandre Terrini

Prochaine étape – la 1/2 finale ce mercredi 20/04 – Kaelya vs Mairena Aragon Luna Maria (Esp)